Le sens du mot "mastering" a évolué avec les formats d'écoutes. A l'époque des vinyles, il s'agissait essentiellement de gérer le graveur de vinyle et égaliser le son pour enlever les fréquences nuisibles à la gravure. De nos jours le "mastering" apporte les touches finales à un mix dans un environnement acoustique juste, et des processeurs de haute qualité. Le "mastering" est aussi l'étape où les changements de niveaux et d'égalisations se font sur des morceaux individuels d'un album pour créer une suite cohérente. Le "mastering" a aussi comme tâche controversée d'augmenter le volume sonore pour s'approcher du niveau d'autres sorties commerciales, entendues à la radio ou sur un iPod en mode shuffle. Cependant le "mastering" ne consiste pas simplement à compresser le tout pour faire sonner le tout plus fort, et pour faire un bon "mastering" il est nécessaire d'avoir un environnement acoustique juste, des processeurs et plug-ins de qualité et une oreille très musicale.

Le conseil habituel est de laisser les professionnels s'en charger, ce qui est le cas si vous allez sortir votre musique et si le budget le permet. Après tout, les pros ont de meilleurs outils et énormément d'expérience. Vous pouvez cependant obtenir de bons résultats dans un home studio avec un système d'écoute de bon calibre et une pièce avec un minimum de traitement acoustique, si vous portez énormément d'attention à chaque étape, et que vous vérifiez tous vos résultats sur différents systèmes d'écoutes, y compris votre iPod, votre voiture, et un lecteur CD Portable.

L'Egalisation

Des morceaux enregistrés et mixés à différents instants ou produits dans des studios différents auront un son unique, ne donnant pas l’impression d’appartenir au même ensemble. L'égalisation peut être utile pour manipuler la réponse de chaque morceau pour donner un son cohérent. Il est important d'utiliser votre meilleur EQ pour cette fonction. Commencez par régler les basses de chaque morceaux, si vous n'êtes pas capable d'entendre exactement pourquoi les fréquences les plus graves sonnent comme tel, vous pouvez utilisez un analyseur de spectre pour vous aider. Dès fois vous trouverez un excès de basses fréquences, auquel cas utiliser filtre passe-haut à 30Hz peut aider à nettoyer le morceau. Il est possible aussi que le registre de fréquences les plus aigus dans les basses sonnent un peu sourd, auquel cas une légère baisse entre 140 et 300Hz peut suffire à donner plus de définition au son. Gardez les hausses de fréquences à un minimum avec de larges bandes-passantes et dans la mesure du possible essayez de baisser les fréquences pour un son plus naturel.

Pour ajouter de la brillance, évitez de booster le registre de 3 et 4 kHz, si le son peut devenir agressif. Il est préférable d'utiliser une égalisation en plateau et augmenter la zone des 8 et 10kHz d'un dB ou deux. Cela ouvrira le mix sans le rendre agressif. Les ingénieurs du son appellent souvent ce type d'égalisation "Air" Il est important de faire de nombreuses comparaisons avec des références commerciales de bonnes qualités pour s'assurer que la tonalité générale soit correcte.

Compression et Limiteur

La compression est souvent utilisée pour augmenter le volume mais il est aussi souvent employé pour geler les éléments d'un mix et ajouter un peu de densité en réduisant la dynamique - la différence entre les niveaux le plus élevé d'un mix et la plus silencieuse. Le type de compression utilisé pour le "mastering" est généralement subtil et n'est pas très utile pour les crêtes brèves et il est d'usage de faire suivre un limiteur pour éviter les saturations liées à ces crêtes. Souvent un compresseur changera la tonalité d'un mix légèrement et il est des fois nécessaires de retourner et changer les réglages de l'égalisation ou mettre un autre égaliseur après le compresseur afin d'éviter que ce dernier n'affecte le son.

Les compresseurs multi-bandes sont aussi utiles en "mastering" permettant de traiter certaines tranches de fréquences sans affecter les autres. Les utilisations habituelles incluent compresser les fréquences médiums et augmenter le niveau pour faire ressortir la voix, ou pour réduire le niveau de sibilance autour de 6kHz. Ces compresseurs prennent plus de temps à régler mais peuvent être utiles pour régler des petits détails.

Pour une compression générale, des seuils de niveaux faibles avec un ratio aussi minimes que 1.1:1 sont efficaces permettant de diminuer la dynamique sur tout le morceau plutôt que simplement sur les crêtes. Ajuster simplement le seuil, jusqu'à ce que la réduction du gain se situe entre -3dB et 6dB. Des temps d'attaques de 20ms et 100ms donnent généralement un résultat assez doux.

Un limiteur rapide suivant le compresseur se chargera des crêtes mais la réduction de 3 ou 4dB peut être suffisant pour éviter un son trop compressé et agressif. Les réglages exacts dépendent de vos oreilles et le type de musique sur lequel vous travaillez. De plus le montant de compression utilisé dans le mix original aura des conséquences sur le niveau de compression ajoutée au moment du "mastering". Cependant, l'ajout de juste 3dB de compression et 3dB du limiteur fera que le morceau sonnera plus fort de 6dB pour un même niveau de crête. Il est important de ne pas sacrifier pas la qualité du son pour le volume, et ce problème est déjà trop répandu dans les morceaux commerciaux et le résultat est simplement que les gens baissent le volume sur leur lecteur car les morceaux sonnent tellement agressifs. J'aime aussi baisser les crêtes finales à -1dB plutôt que 0dBFS (Full Scale) car cela donne plus de marge lors de la conversion de fichiers WAV et AIFF en MP3.

Edition et peaufinage

Si cela n'a pas déjà été fait au moment du mix, utilisez les outils de votre logiciel pour supprimer les sons parasites au début et à la fin du morceau et si nécessaire ajoutez un fondu à la fin pour que le son décline de manière homogène. C'est aussi à ce moment que j'en profite pour ajouter environ une demi seconde de silence au début du morceau pour laisser le temps aux lecteurs CD de repérer les pistes au moment de faire le master final. Un autre peaufinage que je fais souvent, est de changer très légèrement les niveaux des couplets et refrains afin de faire augmenter le morceau progressivement. Cela est normalement fait au moment du mix, mais lorsque ce n'est pas le cas, vous avez cette possibilité. Si vous désirez régler l'automation avant votre égalisation et compression, il est important de mettre ceux ci sur votre bus de sortie stéréo plutôt que sur chaque piste.

La prochaine fois, nous aborderons les techniques avancées d'éditions pour pousser la qualité de votre "mastering" encore plus loin.

Produits Connexes: